Français

COMMUNIQUE du Comité National de Soutien aux Victimes de Viol et d'Agressions Sexuelles

Le Comité National de Soutien aux Victimes de Viol et d'Agressions Sexuelles organise une journée ouverte au grand public dimanche 8 Décembre 2013 à l’Espace culturel qui se situe face à la mosquée Badr à Rabat Agdal (avenue fal ould Omeir). Et ce, à l’occasion des « 16 jours internationaux de lutte contre les violences faites aux femmes. Cette journée de sensibilisation à la lutte contre toute forme de violence à l’encontre des femmes et des filles implique différentes associations de Droits humains oeuvrant pour la dignité de la femme. Les travaux débuteront à 10h et s ‘achèveront à 16Heures.
A cet effet, nous invitons toutes les forces vives oeuvrant pour les Droits Humains, les droits de la femme et de l’enfant, ainsi que tous les citoyens, hommes, femmes et enfants à participer à cet événement .

Communiqué au sujet du projet de Loi 103.13 sur la « Lutte contre la violence faite aux femmes »

Les associations féministes, les associations membres du Collectif « Printemps de la Dignité » et les réseaux nationaux des centres d’écoute réunis à Casablanca, le 06 novembre 2013, ont examiné le projet de loi 103.13 sur la « Lutte contre la violence faite aux femmes » élaboré par le Ministère de la Solidarité, de la Famille, de la Femme et du Développement Social et qui sera présenté devant le Conseil de Gouvernement, ce jeudi 07 novembre 2013.Tout en enregistrant, positivement, la « libération » de ce projet, après une très longue attente, les associations protestent contre son évacuation du contenu qu’il était censé avoir, et dénoncent :

TERMES DE REFERENCE - Glossaire et terminologie- - Etat des lieux des freins et leviers - « Genre et violence à l’égard des femmes au Maroc ».

I. Contexte :

L’étude intervient dans le contexte suivant : Plus de 6 mois de mobilisation de protestation des mouvements des droits humains, des droits sociaux économiques, syndicalistes, féministes, juridiques et d’ acteurs engagés en soutien à des jeunes victimes de viols et d’agressions sexuelles.

millions de femmes sont hospitalisées pour des complications sévères liées à des avortements, et 47 000 femmes décèdent

Chaque année dans le monde, 5 millions de femmes sont hospitalisées pour des complications sévères liées à des avortements, et 47 000 femmes décèdent.

L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) définit comme « avortement à risque » la procédure d’interruption d’une grossesse non voulue effectuée soit par des personnes n’ayant pas les compétences nécessaires, soit dans un contexte où les conditions sanitaires minimales n’existent pas, soit les deux.

Pages