Droits économiques, sociaux ,culturels et environnementaux

L’association Racines, pour le développement culturel au Maroc et en Afrique, organise, avec le soutien du Ministère de la Culture, les Etats Généraux de la Culture au Maroc à la Bibliothèque Nationale du Royaume du Maroc le mercredi 12 Novembre 2014.
La démarche des «États Généraux de la Culture au Maroc» vise à rassembler les éléments, après un travail d’inventaire et de diagnostic de l’état des lieux des arts et de la culture, afin de proposer des recommandations pour la mise en place d’une politique culturelle, permettant de se mettre sur la voie des développements humain, social et économique.

L’association Racines, chapitre national du réseau Arterial Network au Maroc organise, dans le cadre de la quatrième saison de ses débats mensuels sur la culture, « Les Mercredi de Racines », un dixième débat sur le thème "Où en est la photographie ?", le mercredi 16 juillet 2014 à 21h30 au Club de l’Union Sportive Marocaine (USM) de Casablanca.

Pourquoi affirmez-vous que l’État « s’accapare » 45 % des financements des associations ?

C’est simple. Il y a le prélèvement sur le salaire des employés, y compris la part patronale. Ensuite, le prélèvement à la source pour les consultants qui ne sont pas patentés. Puis, il y a la TVA sur tous les articles que les associations achètent. Sur l’ensemble des fonds que nous recevons de la part d’un tiers, nous devons également payer l’IGR. Par ailleurs, il est inconcevable que les associations payent les mêmes impôts que des entreprises alors que les premières sont à but non lucratif. Nous essayons d’obtenir une révision du système de la fiscalité des associations.

Rabat, 21 mars 2014 (MAP) - Un parterre de spécialistes marocains et étrangers s'est penché, vendredi à Rabat, sur les questions de la gestion de la pluralité culturelle et linguistique et de l'avenir de la langue amazighe, dans le cadre d'un séminaire de deux jours organisé par le Réseau Amazigh pour la Citoyenneté (AZETTA).

Ce séminaire, dans le cadre duquel seront présentées des expériences mondiales pionnières en matière de gestion de la diversité linguistique et culturelle en plein respect de la démocratie et des droits humains, s'inscrit dans le cadre du plaidoyer mené par AZETTA en vue de l'accélération de l'élaboration des textes d'application de l'officialisation de la langue amazighe, a déclaré à la MAP le président d'Azetta, Ahmed Arhmouch, en marge de l'ouverture de cette rencontre.

PROGRAMMES EN COURS

Forum social mondial 2013

Partenaires

FMAS
Al Shehab Foundation for Comprehensive Development (Egypt)
DSC (Egypt)
Teacher Creativity Center (Palestine)
Oxfam Novib (Pays-Bas)
Alternatives International
New Women Foundation (Egypt)
Popular Art Center (Palestine)
Alternative Initiative Network (Liban)
Ecumenical Popular Education Program (Liban)