Français

Migrants de Choucha (Tunisie) : pris en étau entre désert et grande bleue. Témoignage

Dans le cadre d’un programme de recherche inter-universitaire portant sur les nouvelles migrations en Tunisie, nous nous sommes rendus les 16 et 17 mai 2014 sur les vestiges du camp de Choucha, dans le sud tunisien, tout proche de la frontière libyenne. Là se maintiennent des personnes pour lesquelles ni les organisations internationales ni la société tunisienne n’ont réussi à offrir de perspectives. 

Arrivés au camp démantelé entre chien et loup, après avoir passé les barrages de sécurité frontalière, nous retrouvons les laissés pour compte des renversements du régime libyen, de la fracture Nord/Sud ou pays riches/pays pauvres, de la mondialisation du marché du travail, des rouages des organismes internationaux ou nationaux. La présence encore aujourd’hui de ces quelques centaines de personnes :

La Laddh et l’AMDH dénoncent : Deux familles syriennes bloquées à la frontière algéro-marocaine

Deux familles syriennes (les Aïd), composées chacune des époux et de deux enfants, sont bloquées depuis près de vingt jours dans le no man’s land entre la frontière algérienne (poste Akid-Lotfi) et la frontière marocaine (poste de Zouj-Bghal), selon un communiqué de la Ligue algérienne de défense des droits de l’Homme (Laddh). “Les autorités algériennes et marocaines se rejettent la balle laissant souffrir ces deux familles en leur refusant l’accès sur leurs territoires respectifs”, dénonce l’organisation, qui estime qu’“aucun argument ni justification ne peuvent être invoqués devant le destin tragique de ces deux familles et cette non-assistance à personne en danger”.

UE : Sauver des vies en mer doit devenir une priorité majeure

La réunion des ministres de l’Union européenne qui se tiendra le 5 juin 2014 à Luxembourg devrait soutenir l’adoption de mesures plus énergiques pour sauver la vie aux migrants et réfugiés en mer, a déclaré Human Rights Watch aujourd’hui. Les ministres devraient également veiller à ce que les réfugiés qui fuient la Syrie et les personnes qui tentent d’échapper aux persécutions et aux abus bénéficient d’un meilleur accès à des mesures propices à leur protection en Europe.

Pages