Français

6ème rapport annuel de l’Observatoire Marocain des Violences Faites aux Femmes

L’Observatoire Marocain des Violences Faites aux Femmes « OYOUNE NISSAIYA » a présenté, mardi à Casablanca, son 6ème rapport annuel sur les violences à l’encontre des femmes au Maroc. Ce rapport est le résultat d’une synergie entre les ONGs actives dans différentes régions du Maroc, membres de la coalition : Le Printemps de la dignité. Elles ont pu recueillir des données statistiques ainsi que des données qualitatives et des témoignages sur les recours disponibles aujourd’hui au Maroc pour faire face à la violence de genre.

La violence à l’égard des femmes disséquée à Tanger L’Association Karama dresse son bilan

«La lutte contre la violence à l’égard des femmes : bilan et perspectives», a été au centre d’une conférence organisée, jeudi à Tanger, à l’initiative de l’Association Karama pour le développement de la femme, avec la participation des cadres associatifs s’activant dans le domaine des droits humains, ainsi que des représentants de métiers de la justice et des chercheurs en sciences juridiques.
A cette occasion, la présidente de l’Association Karama, Ouafaa Ben Abdelkader, a indiqué que cette conférence qui constitue un espace de dialogue et d’échange d’opinions, est l’occasion de prendre connaissance des réalisations au niveau national, sur le plan législatif et pratique, pour la défense des droits de la femme et la lutte contre la violence à son égard, à la lumière de l’évolution positive que connaît le Maroc au niveau des droits de l’Homme et de l’amélioration des indicateurs sociaux.
Elle a ajouté que cette réunion vise également à contribuer au débat public autour du phénomène de la violence contre les femmes et à jeter la lumière sur les réalisations et les acquis enregistrés par le Maroc en matière de promotion de la condition des femmes et de lutte contre toutes les formes de violence et de discrimination. Et de souligner que cette rencontre a offert aussi l’opportunité de s’arrêter sur les contraintes liées à la mise en œuvre des lois et des projets destinés à soutenir les femmes au niveau social, économique et éducatif, et les moyens de les surmonter, d’autant plus que le Maroc a accumulé des expériences pionnières institutionnelles et civiles dans le monde arabe.
Lors de cette conférence, les intervenants ont relevé que l’aspect juridique en dépit de son importance, ne peut, à lui seul, suffire pour éradiquer le fléau de la violence contre les femmes dans tous ses aspects, notant l’importance de l’éducation et de la sensibilisation pour réduire certains pratiques et comportements étrangers aux coutumes des Marocains.
Ils ont, en outre, souligné que la lutte contre la prolifération de ce phénomène est un combat de longue haleine, nécessitant la conjugaison des efforts de toutes les forces vives de la société à travers une approche religieuse, éducative et de sensibilisation destinée aux familles, aux établissements scolaires et aux médias, en tant que noyau essentiel pour la sensibilisation de la société.

petites bonnes

Français

le collectif pour l’éradication du travail des Petites Bonnes a reçu hier après-midi au siège du Forum Mondial des Alternatives Maroc(FMAS), en partenariat avec l’Unicef-Tunisie, une délégation tunisienne composée d’associations de défense des droits de l’enfant et d’organisme institutionnels tunisiens. La rencontre de deux tours d’horloge a permis à l’INSAF, l’institut Social de soutien au Femmes en Détresse qui assure le secrétariat du collectif, de présenter les actions et les acquis du collectif.

Folders topics: 
Country: 

Communiqué de presse: Projet de loi pénalisant le travail des « petites bonnes » à la Chambre des Député(e)s

Le 18.12.2014, Madame Khadija Rouissi, députée, a présenté devant la Chambre des Député(e)s une proposition de loi prévoyant « des peines de prison contre les employeur(e)s d'enfants allant d'un an à trois ans de prison ferme ». Le texte avait été déposé en mars 2013.

Pages