Algérie

Le drame syrien a jeté des millions de citoyens en dehors de leurs pays, fuyant la mort et les destructions causées par la guerre. Sur les frontières algéro-marocaines se trouvent des centaines de réfugiés en quête d'accueil et d'aide humanitaire.
Au lieu de les prendre en charge solidairement pendant ces moments difficiles, les deux gouvernements se renvoient la responsabilité quant aux difficultés de leur protection en alimentant ainsi une campagne de tension et de haine, basée sur un chauvinisme honteux et inacceptable.

Les soulèvements populaires qu’ont connus les pays du Maghreb et du Machrek ont apporté un changement au paysage politique de la région qui a connu la chute de quelques dictateurs.
En Algérie, les mouvements de contestation de janvier 2011 ont poussé le pouvoir, par le biais du président Bouteflika, à annoncer une série de réformes dites démocratiques. Malheureusement, ce mirage de réformes n’est en réalité qu’un recul et une régression des espaces et de la pratique démocratique payé par le sang des jeunes d’octobre 1988.

La Tunisie accueille aujourd’hui un bureau international de la FIDH à Tunis. L’Algérie et le Maroc sont membres du Conseil des Droits de l’Homme des Nations-Unies. Cela n’a pas empêché l’organisation non-gouvernementale Human Rights Watch de fustiger les faibles avancées de ces pays du Maghreb en matière de droits humains. Entre « peu de progrès » en Algérie, des réformes « pas mises en pratique » au Maroc etun processus « entravé » en Tunisie, le bilan n’est pas reluisant. Les médias toujours dans la tourmente A des degrés différents, les médias maghrébins continuent à subir l’influence des autorités. Si les stratégies des autorités divergent, leur impact n’en reste pas moins critiquable.

Des membres et dirigeants de plusieurs associations féministes et de défense des droits de l'Homme ont tenu, ce dimanche 12 janvier, un rassemblement à proximité de l’Assemblée nationale populaire (APN) à Alger où un léger dispositif sécuritaire a été installé, a-t-on constaté sur place. Les manifestants demandent l’abrogation de la loi sur les associations. Promulguée en janvier 2012, cette loi contraint toutes les associations à se conformer à de nouvelles dispositions sous peine de se voir dissoutes (lire).

PROGRAMMES EN COURS

Forum social mondial 2013

Partenaires

FMAS
Al Shehab Foundation for Comprehensive Development (Egypt)
DSC (Egypt)
Teacher Creativity Center (Palestine)
Oxfam Novib (Pays-Bas)
Alternatives International
New Women Foundation (Egypt)
Popular Art Center (Palestine)
Alternative Initiative Network (Liban)
Ecumenical Popular Education Program (Liban)