Egypte

Les évènements qui se déroulent actuellement en Égypte soulèvent les plus grandes inquiétudes. Ils sont d’abord la conséquence des décennies d’absence de démocratie. La seconde intervention des forces armées a eu lieu dans un contexte où le pouvoir politique du Président Morsi, s’il émanait d’une élection reconnue tant nationalement qu’internationalement, se confrontait à des secteurs de plus en plus large de la société égyptienne : la volonté du Président Morsi et de ses partisans de s’approprier tous les mécanismes de l’Etat et de nier le rôle de la société civile contredisait l’aspiration à la démocratie d’une grande partie du peuple égyptien. La dégradation de la situation socio-économique, l’appauvrissement généralisé ont aggravé considérablement la situation.

Les militaires viennent d’écarter le président islamiste Mohamed Morsi. Cela vous surprend-il ?

Samir Amin. La chute de Morsi et du régime des Frères musulmans était tout à fait prévisible. Depuis des mois, tous les Égyptiens disaient qu’il fallait refaire un 25 janvier, date du début de la révolution égyptienne de 2011, pour nous débarrasser de la clique des Frères musulmans au pouvoir qui continuaient la même politique que celle de Moubarak, mais en plus violent, de mépris jusqu’à l’extrême de la démocratie. Une campagne de signatures a été organisée par un mouvement de jeunes pour demander le départ de Morsi. Elle a réuni 22 millions de signatures.

L'Égypte devrait permettre aux personnes qui fuient la Syrie d’accéder sans entrave à l'agence de l’ONU chargée des réfugiés afin que celle-ci puisse examiner de manière appropriée leurs demandes d'asile, et devrait également permettre aux Syriens déjà enregistrés auprès de cette agence de revenir en Égypte si elles ont dû provisoirement quitter ce pays, a déclaré Human Rights Watch aujourd'hui.

Une semaine après la destitution de Mohamed Morsi et la prise de pouvoir par l’armée, Reporters sans frontières s’inquiète de la situation de la liberté de l’information en Égypte qui continue de se dégrader, rappelant le mauvais souvenir de l’expérience autoritaire du Conseil suprême des forces armées, en 2011. Depuis le 4 juillet 2013, les exactions perpétrées à l’encontre des professionnels de l’information, égyptiens et étrangers, se sont multipliées.

PROGRAMMES EN COURS

Forum social mondial 2013

Partenaires

FMAS
Al Shehab Foundation for Comprehensive Development (Egypt)
DSC (Egypt)
Teacher Creativity Center (Palestine)
Oxfam Novib (Pays-Bas)
Alternatives International
New Women Foundation (Egypt)
Popular Art Center (Palestine)
Alternative Initiative Network (Liban)
Ecumenical Popular Education Program (Liban)