Français

Communiqué: Dix associations de défense des droits des femmes et des droits humains décident de porter plainte contre le Chef

Dix associations de défense des droits des femmes et des droits humains décident de porter plainte contre le Chef du Gouvernement pour motifs d'insultes et discrimination fondée sur le sexe.

COMMUNIQUÉ DE PRESSE : L'arrêt de la Cour européenne sur le voile intégral sanctionne les femmes qui expriment leur croyance

L’arrêt rendu mardi 1er juillet par la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) et validant l’interdiction générale du port du voile intégral dans l’espace public est extrêmement préjudiciable, estime Amnesty International. Il s’agit d’une profonde régression du droit à la liberté d’expression et de religion, qui laisse entendre que les femmes ne sont pas libres d’exprimer leur conviction religieuse en public.

Communiqué des réseaux et des associations féminines, des droits humains et démocratiques au sujet de la déclaration du chef de gouvernement marocain lors de la séance mensuelle d’audition à la Chambre des Conseillers en date du 17 juin 2014

Communiqué des réseaux et des associations féminines, des droits humains et démocratiques
au sujet de la déclaration du chef de gouvernement marocain lors de la séance mensuelle d’audition à la Chambre des Conseillers en date du 17 juin 2014
Dans un contexte national marqué, d’une part, par le gel prémédité des engagements de

 

Communiqué de la Coalition Printemps de la Dignité Sur le projet de Code de procédure pénale

Dans le cadre du suivi du chantier de réformes législatives dans notre pays pour identifier les dispositions en contradiction avec les engagements et les obligations internationaux relatifs à l'affirmation des droits fondamentaux des femmes, et à la lumière du projet élaboré par le Ministère de la Justice et des Libertés modifiant le Code de procédure pénale, la Commission ad hoc du Collectif associatif Printemps de la Dignité a tenu une réunion, le jeudi 5 Juin 2014 à Rabat. Lors de cette rencontre à laquelle ont été invité-e-s plusieurs juristes et défenseur-e-s des droits humains, la Commission a examiné le contexte global et le contenu du projet ministériel au regard des attentes du mouvement des droits de l'Homme, en général, et du mouvement féministe, en particulier, et par rapport aux réformes constitutionnelles considérées comme référence en matière des droits et des libertés.

Pages